Professionnel

Le Prêt Transition RSE pour accompagner votre volonté d'engagement sociétal et environnemental

reply
Partager

Désormais, l’entreprise est amenée à répondre à de nouveaux défis environnementaux, sociaux et économiques. Des démarches qui peuvent être soit imposées par l’Etat pour certaines ou volontaires pour d’autres. Dans le cadre d’une démarche volontaire, un audit permet de mesurer les actions à mettre en place pour proposer une stratégie d’amélioration efficace.

L’audit ainsi réalisé, des mesures peuvent alors être définies et des investissements peuvent être décidés afin d’améliorer la réponse de l’entreprise face à ces objectifs. Ces dispositions apporteront un bénéfice à l’entreprise : amélioration de ses performances, conformité face à la réglementation, développement d’une image positive, confirmation de rentabilité, etc.

prets transition numerique

Qu’est-ce que la RSE ?

La Responsabilité Sociale des Entreprises est la contribution des entreprises au développement durable. La démarche RSE repose sur une base de volontariat. Il n’y a pas de démarche type, chaque entreprise définit les axes structurants de sa démarche en fonction de son activité et les investissements appropriés pour améliorer l’impact de son activité sur l’environnement. C’est le cas, entre autres, du Crédit Mutuel Nord Europe qui prend de nombreux engagements en ce sens.

De plus en plus d’investissements auprès d’entreprises investies dans la RSE s’opèrent. Lire notre article pour en savoir plus.

Vous avez sûrement entendu parler de la loi Pacte. La loi concernant le Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises (Pacte) prévoit de « libérer les entreprises, de mieux les financer et de les rendre plus innovantes et plus justes ». Elle vient notamment modifier le code civil et le code de commerce dans le but d’améliorer au sein de l’entreprise la prise en considération des enjeux sociaux et environnementaux et vient impacter la transition RSE des entreprises.

Anticiper les enjeux environnementaux et sociaux

La modification du code civil a pour objectif d’inciter les entreprises à repenser leur place dans la société. Parmi ces dispositions, le dirigeant devra prendre en considération les enjeux environnementaux et sociaux et ainsi analyser les effets éventuels des actions qu’il souhaite mettre en œuvre.

Il s’agit notamment de renforcer le plan de réduction des nuisances, de gestion économe des ressources, ainsi que de réduction et de recyclage des déchets.

Organiser les méthodes sociales

La dimension sociale s’applique quant à elle aux actions innovantes de gestion des ressources humaines et concerne l’organisation de l’entreprise : la formation et la gestion des carrières, la participation des salariés aux actions de l’entreprise, la qualité des conditions de travail, etc.

L’image du rôle de l’entreprise dans la société diverge de la réalité. Son but étant de générer du profit à la fois pour l’entreprise mais également pour ses parties prenantes dont la société. L’objectif de la loi est donc de placer les entreprises au cœur de la société grâce notamment à l’implication des salariés et en les associant à leurs résultats. "Il est juste que quand une entreprise réussit, les premiers à en bénéficier soient les salariés" a déclaré Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances.

La RSE n’est pas seulement un argument de poids pour renforcer l’image de marque de l’entreprise, mais a des conséquences bien visibles en termes de performance économique. Zoom sur ces impacts.

Développer la dimension sociétale

La responsabilité sociétale d’une entreprise est définie par la commission européenne comme étant « la responsabilité des entreprises vis-à-vis des effets qu’elles exercent sur la société ». Il est ainsi nécessaire de respecter les législations et règles mises en place mais également de s’engager dans des démarches visant à prendre en considération les parties prenantes (société, environnement, consommateurs, etc.).

La norme ISO 26000 guide les entreprises à agir de manière éthique et transparente. Cette norme permet à l’entreprise de poser une réflexion sur des thèmes tels que la gouvernance de la structure, les Droits de l’Homme, les conditions et relations de travail, la responsabilité environnementale, la loyauté des pratiques, la protection du consommateur, le développement local. Pour chaque thème, des lignes directrices donnent lieu à la création d’un profil et font ressortir des objectifs d’amélioration.

Le Prêt Transition RSE

Le Prêt Transition RSE est un crédit amortissable à taux fixe sur une durée maximale de sept ans qui s’adresse à toute entreprise souhaitant investir dans l’amélioration de sa politique RSE. Afin de bénéficier du prêt, un audit RSE doit être réalisé par un organisme privé ou public spécialisé. Cet audit sera à la charge de l’entreprise.

Le type d’action varie suivant le secteur d’activités : alors que le secteur des services s’investit dans l’axe social, le transport et le tourisme sont plus engagés dans le volet environnemental. Les besoins diffèrent également en fonction de la taille de l’entreprise. En général, on observe une implication importante des PME/ETI sur le volet social mais moins sur l’axe environnemental.

Les projets concernés sont les suivants :

  • Dimension sociale : amélioration des conditions et méthodes de travail, formation des équipes, etc.
  • Dimension économie d'énergie : création de nouveaux produits moins énergivores, etc.
  • Dimension environnementale : solutions de recyclage des déchets, de réduction de consommation de papier, mise en place de process de mise aux normes pour répondre à la réglementation, de solutions de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de mise en place d'outils d'analyse qui permettent de mesurer les impacts des actions sur l'environnement, etc.

La RSE fait désormais partie intégrante d’un grand nombre d’entreprises pour répondre aux besoins sociétaux. Des solutions existent afin de mieux vous préparer à cette transition.