Associations

Digital et milieu associatif : pourquoi et comment faire ?

reply
Partager

Digital et milieu associatif : pourquoi et comment faire ?

Formidable caisse de résonance pour ses actions mais aussi pour accueillir de nouveaux adhérents ou collecter des fonds, le digital devenu un outil essentiel pour les associations. Du site Web au crowdfunding, des réseaux sociaux au militantisme 2.0, les évolutions sont nombreuses à impacter le milieu associatif.

Associations-digitalisation

Digitaliser, c'est intégrer les nouvelles technologies, les usages Web et les outils numériques dans ses pratiques et ses processus. C'est aussi permettre à chacun de prendre la parole, une parole qui n'est plus uniquement diffusée par les plus grands acteurs.

Le milieu associatif n'échappe pas à cette évolution, qui impacte tous les niveaux de la vie de l'association : travailler sur le projet, mettre en place des actions, promouvoir une cause, recruter de nouveaux adhérents et bénévoles ou même collecter des fonds.

Communiquer à l'ère du digital : les blogs et sites web

La présence en ligne via un site Web ou blog et sur les réseaux sociaux est devenue une nécessité en termes de développement, d'image, de relations avec les adhérents et les donateurs.
Une étude a montré que 88 % des consommateurs réalisaient d'abord des recherches en ligne avant de se rendre en magasin et que 14 % d'entre eux choisissent le produit le plus recommandé(1).

Si le parallèle entre commerce et associatif peut paraître hasardeux, le fait est que l'on se renseigne désormais majoritairement en ligne sur l'organisme qui nous intéresse. Un site Web ou un blog est, dans ce contexte, devenu une nécessité.

Plusieurs outils en ligne, gratuits ou à faibles coûts, permettent leur création facilement, à différents niveaux de maîtrise technique : Wix, Jimdo ou encore Wordpress.

Les réseaux sociaux, amplificateurs des voix associatives

Qu'il s'agisse de Twitter ou Facebook, pour ne citer que les plus connus, les réseaux sociaux permettent d'amplifier les actions de l'association et de faire entendre sa voix. Fin 2011, l'observatoire Orange-Terra Femina indiquait déjà que près de 2 internautes sur 3 déclaraient avoir signé une pétition électronique(2).

À titre d'exemple, on peut noter la portée fin 2013 d'une pétition de l'ONG Bloom visant à interdire la pêche en eaux profondes. Elle a recueilli près de 900 000 signatures(3), en partie grâce à la viralité d'une BD de l'illustratrice Pénélope Bagieu rendant attractif et clair ce sujet complexe.

Au-delà de l'aspect technique, le temps et les ressources sont essentiels pour alimenter et faire vivre les réseaux sociaux de son association (et a fortiori son site Web).
Divers outils facilitent cette tâche :

  • programmer la publication (Hootsuite, Buffer.),
  • faire sa veille sur le segment de l'association et donc permettre donc de rebondir sur des sujets d'actualités liés, de voir ce que font les autres et de pouvoir le partager sur vos réseaux (Google Alertes, Scoop.it, Feedly, Flipboard...),
  • créer des contenus engageants, comme des infographies (infogr.am, easi.ly),
  • proposer des sondages ou des questions à vos followers Twitter (outil dans Twitter).

Communiquer sur le Web : des risques et des avantages

  • Les - :manque de temps et de ressources, nécessité d'une stratégie (pourquoi aller sur les réseaux sociaux, quel est le message à faire passer), ne pas démultiplier sa présence sur tous les réseaux existants et ne cibler que ceux qui correspondent réellement au projet associatif afin de pouvoir les entretenir régulièrement.
  • Les + : visibilité à moindres frais, multiplications des points de contact avec le public et les décideurs, démultiplication d'un message, échanges avec des sympathisants, sensibilisation à la cause portée par l'association à plus grande échelle...

Multiplier les moyens pour trouver des fonds

De nouvelles possibilités de contribuer financièrement à la vie d'une association son apparues avec la digitalisation : directement sur les sites, par SMS, via des "espaces donateurs" ou les réseaux sociaux. Parmi ces nouvelles formes de dons, le crowdfunding (ou financement participatif) permet de récolter des fonds auprès d'un large public.
Mais attention, il ne suffit pas de présenter son projet et les contreparties versées aux contributeurs pour être financés. Proposer des contenus engageants, faire connaître son projet, développer sa notoriété : une campagne de crowdfunding s'accompagne d'une campagne de communication finement réfléchie.

Sur ces plateformes, de multiples projets sont financés, pas seulement liés au secteur associatif : KickStarter, KisskKissBankBank, Ulule, Indiegogo, HelloAsso...
Achat de matériel, soutien pour des déplacements sportifs ou l'organisation de spectacles. les possibilités sont immenses. En contrepartie, la plateforme prélève généralement un pourcentage sur les dons.

Recruter et former de nouveaux bénévoles

Recruter de nouveaux bénévoles, en libérant des contraintes horaires ou familiales de chacun : l'enjeu est là pour les associations.
Alors que le bénévolat continue de séduire (+16,8 % entre 2010 et 2016(4)), il se réinvente, par exemple via le e-bénévolat, plus flexible. Les e-bénévoles participent à l'association via Internet(5) : rédaction Web, graphisme ou encore comptabilité. tout ce qui peut se faire à distance !

Pour former les bénévoles à certaines problématiques, le digital joue également son rôle, par exemple via des MOOC (Massive Open Online Course), des cours accessibles gratuitement en ligne, ou à un coup modéré.
On y trouve par exemple des cours pour créer et développer son association étudiante(6), sur le crowdfunding(7) ou pour se former à l'accompagnement de la scolarité(8).

Gérer son association

Au-delà des aspects précédemment évoqués, le digital peut participer à faciliter le travail des bénévoles et du bureau des associations.
Plus de flexibilité, d'agilité, cela passe aussi par l'organisation et la gestion de l'association. Espace de stockage partagé pour travailler à plusieurs sur des documents, gestion des dons et des adhésions.
De nombreux outils permettent de travailler en collaboratif pour plus de simplicité et facilité. Google Drive permet ainsi le stockage et le partage de fichiers. HelloAsso, propose, en plus du crowdfunding, des outils d'aide à la gestion (collecte de dons, gestion des adhésions.).

Si digitaliser est un formidable moyen de simplifier certains aspects de la gestion d'une association tout en amplifiant la portée de ses actions, il ne s'agit cependant que d'un outil à gérer, maîtriser.
Il doit se mettre au service du projet associatif plutôt que d'être utilisé "parce que tout le monde le fait". Savoir où se lancer et comment et pour dire quoi, voilà bien le secret d'une digitalisation en passe de réussir.

(1) https://blogs.mediapart.fr/valentin-bru.
(2) Observatoire Orange Terrafemina : mobilisation du numérique, quand les foules virtuelles prennent le pouvoir. Décembre 2011
(3) http://rue89.nouvelobs.com/2013/11/19/b.
(4) http://www.associations.gouv.fr/IMG/pdf.
(5) http://www.generation-en-action.com/fic.
(6) https://www.fun-mooc.fr/courses/animafa.
(7) https://openclassrooms.com/courses/avoi.
(8) https://openclassrooms.com/courses/avoi.