Particuliers

Voiture sans pilote : de la fiction à la réalité

reply
Partager

Voiture sans pilote : de la fiction à la réalité

Le cinéma et la télévision se sont emparés des voitures sans pilote, bien avant qu'elles ne deviennent une réalité palpable. Pour le meilleur et pour le pire, petit panorama non exhaustif de ses représentations à l'écran.

Qui a pu oublier la série télé K2000 (1982), de la musique de son générique et bien sûr, de KITT, la voiture de Michael Knight (David Hasselhoff) ? Contrôlée par une intelligence artificielle, elle conduit, réfléchit, analyse des situations et discute comme un humain. S'il considère que le conducteur est en danger, KITT peut reprendre la main sur la conduite manuelle.

K2000 générique par Timaelportland

Certains films poussent l'automatisme à son extrême, rendant cette conduite manuelle impossible. Le taxi (Johnny Cab) de Total Recall (1990) ne démarre que si une adresse lui a été fournie, obligeant Douglas Quaid (Arnold Schwarzenegger) à arracher le robot pour prendre le contrôle du véhicule et s'échapper.

Dans Minority Report (2002), vandaliser un véhicule n'est en revanche d'aucune utilité. Alors qu'il s'enfuit, la police reprend le contrôle de la voiture de John Anderton (Tom Cruise) et intervient sur sa trajectoire.

Korben Dallas (Bruce Willis) dispose quant à lui d'un bouton pour passer en mode manuel, seule échappatoire face à la police qui le prend en chasse dans le Cinquième Elément (1997).

Enfin, I, Robot (2004) montre une évolution, avec des voitures dont l'autonomie est vraiment vue comme un gage de sûreté plus que comme une potentielle contrainte.