Auto

Flotte automobile : faut-il passer à l'électrique ?

Alors que de plus en plus de constructeurs automobiles proposent des motorisations 100% électriques pour leurs modèles, le chef d'entreprise se doit de se poser la question : faut-il passer à l'électrique ?

Réduire son empreinte carbone avec les véhicules électriques

L'argument principal en faveur de la voiture électrique, pour les entreprises, est la réduction de leur empreinte carbone, dans le cadre d'une démarche RSE, grâce à l'absence d'émissions polluantes des motorisations électriques. Un point positif pour l'image de l'entreprise auprès des clients, en particulier les jeunes.

Le « plein » est moins cher

Bien que le prix d'une recharge complète pour une voiture électrique soit difficile à calculer (il va dépendre de votre fournisseur et de votre contrat), il est inférieur au prix d'un « plein » d'essence ou de gasoil.

Des batteries à changer régulièrement

Dans le choix de l'électrique, il faut intégrer le coût des batteries qui nécessitent d'être changées régulièrement ou louées. Mais ce coût peut être inclus dans certains contrats de location longue durée.

Une autonomie encore limitée

Les véhicules électriques ont une autonomie très inférieure aux motorisations thermiques, environ 400 kilomètres, selon les modèles. Ces motorisations sont donc à réserver à des collaborateurs n'ayant pas de longs trajets.

Bénéficier d'aides et exonérations

Les entreprises peuvent bénéficier, sous certaines conditions, d'une aide de 3 000 € pour l'achat d'une voiture électrique ou d'un utilitaire électrique1.

De plus, les véhicules électriques émettant moins de 60g de CO2 par kilomètre ne sont pas soumis à la taxe sur les véhicules de société (TVS)2.

Enfin, depuis le 1er janvier 2020, les véhicules fonctionnant uniquement à l'électricité ou à l'hydrogène sont exonérés de la taxe régionale de carte grise3.