Santé au travail -

Les longues semaines des artisans du BTP dangereuses pour la santé

La santé des artisans du secteur du BTP est à risques si l'on en croit le dernier baromètre ArtisantéBTP de l'Iris-ST (Institut de recherche et d'innovation sur la santé et la sécurité au travail). Plus de 2 000 artisans du secteur ont répondu à l'enquête 2017 qui révèle des semaines de plus de 50 heures et une dégradation générale de la santé.

Trop travailler présente un risque

Les études établissant un lien entre des semaines trop longues et des problèmes de santé sont nombreuses. En mars 2016, un article publié dans la revue JOEM (Journal of Occupation and Environmental Medicine) dévoilait que travailler plus de 46 heures par semaine pendant plus de 10 ans augmentait le risque de maladies cardiovasculaires. Or l'étude de l'institut Iris-ST démontre que les artisans du secteur du bâtiment sont nombreux à travailler aussi longtemps.

Un artisan sur quatre travaille plus de 60 heures par semaine

La première donnée qui ressort du baromètre ArtisantéBTP est le temps de travail des artisans : 24% déclarent travailler plus de 60 heures hebdomadaires, une part en hausse de 1% sur un an. 63% des interrogés travaillent plus de 50 heures par semaine et le temps de travail semble corrélé au nombre d'employés : plus ils sont nombreux, plus les artisans déclarent travailler longtemps. L'ancienneté joue d'ailleurs un rôle : alors que 44% des artisans travaillant dans le BTP depuis moins d'un an font des semaines de plus de 50 heures, ils sont 64% chez les artisans ayant plus de 10 ans d'ancienneté.

Travail le week-end et peu de congés

Le nombre d'artisans du BTP qui déclarent travailler le week-end est en baisse (55% en 2017 contre 59% en 2016) mais ils sont plus d'un sur deux à le faire, dont 10% systématiquement. En outre, les artisans de ce secteur s'accordent peu de repos : 33% ne prennent pas plus de 2 semaines de congés par an et seuls 23% prennent 5 semaines ou plus.

Chez les dirigeants d'entreprise, l'ancienneté joue un rôle bénéfique avec 44% des dirigeants ayant plus de 10 ans d'ancienneté qui prennent 4 semaines de congés ou plus, contre un quart seulement des nouveaux chefs d'entreprise artisanale.

La santé des artisans du BTP se dégrade

En 2017, selon le baromètre ArtisantéBTP, seuls 61% des artisans se déclarent en « bonne santé » (contre 71% en 2016). Un indice qui ne cesse de chuter depuis plusieurs années. Ce sont essentiellement de douleurs musculaires ou articulaires (68% des répondants) et de troubles du sommeil et de fatigue (52%) dont se plaignent les artisans. De plus, essentiellement par manque de temps (27% des répondants), 51% des artisans interrogés déclarent ne consulter un médecin que rarement, voire jamais.

Les dirigeants de TPE sont stressés

Autre risque pour la santé, qualifié même de « maladie du XXIe siècle » par l'OMS : le stress. Il est fortement présent chez les dirigeants de TPE du BTP puisque 58% affirment en souffrir : l'administratif (51%), la charge de travail (50%) et le poids des responsabilités (41%) en sont les premières causes. De fait, 58% des dirigeants se sentent fatigués et 81% estiment manquer de sommeil ce qui, pour trois quarts d'entre eux, a un impact sur leur activité.

Les artisans du secteur du BTP ont donc tout intérêt à ne pas sous-estimer les risques et contraintes de leur métier et à privilégier la prévention, pour eux comme pour leurs salariés. Une démarche vertueuse pour la santé, la sécurité et le bien-être au travail, qui s'applique bien sûr à tous les chefs d'entreprises et les artisans, quel que soit leur secteur d'activité.