Sillon d'avenir

Emmanuel, éleveur en Vendée, s'est lancé dans la méthanisation

Ce nouvel épisode nous mène en Vendée, à la rencontre d'Emmanuel, polyculteur-éleveur au sein d'un collectif de 7 associés qui a souhaité se diversifier au moyen de la méthanisation pour valoriser leurs effluents !

Transcription de la vidéo

Introduction

Bonjour à tous, nous avons rendez-vous aujourd'hui avec Emmanuel BRETAUDEAU à Cugand au nord du département de la Vendée. Avec 6 autres associés, Emmanuel est à la tête d'une exploitation de polyculture-élevage. Les associés ce sont lancés dans une nouvelle diversification ; la méthanisation avec l'objectif de valoriser les effluents de l'élevage. Retrouvons Emmanuel pour qu'il nous présente son exploitation et tous ses projets.

Merci de nous accueillir en territoire vendéen, moi je suis arrivée sur l'exploitation ce matin, je ne savais pas où donner de la tête. Peux-tu nous résumer toutes les activités qui sont faites ici ?

Oui, ici c'est une exploitation avec une production laitière (1,5 millions), une production porcine, on a 320 truies et naisseurs-engraisseurs. Il y a une vente à la ferme de nos produits et depuis peu le projet de méthanisation.

D'accord, avec la vente à la ferme vous transformez quoi sur l'exploitation ?

On transforme le lait en beurre, yaourt, crème et aussi de produits au niveau des porcs.

J'imagine que tu n'es pas tout seul pour faire tout ça.

Non, on est 7 associés encore à dominance familiale. Depuis peu, nous avons entré deux jeunes ors cadre familial.

Emmanuel, nous sommes devant le digesteur, j'ai cru comprendre que le projet de méthanisation allait être opérationnel incessament sous peu. Peux-tu me dire le pourquoi et le comment de cet atelier sur l'exploitation ?

L'idée c'était de se diversifier, d'avoir un complément de revenus et ça allait bien dans la continuité de l'exploitation.

D'accord, on est en plein dans l'économie circulaire en fait ?

Complétement, on cherche à valoriser au maximum nos produits.

Peux-tu me donner quelques caractéristiques techniques ?

C'est un projet en injection avec un débit à 65 normaux-mètres cubes et le gaz va être envoyé sur le réseau de la commune à 1Km.

D'accord, donc tu as un contrat avec un pestataire qui rachète l'énergie. Sur combien de temps ?

Sur 15 ans.

C'est un investissement de quel montant ?

D'environ 3 millions d'euros.

Echange avec Noémie GAUTHIER, chargée d'affaires au Crédit Mutuel.
C'est une exploitation super intéressante où on trouve de tout.

Tout à fait, ici on a vraiment une belle structure avec les vaches laitières, le porc, on a des associés qui ont un véritable soucis de diversification et de valorisation de leurs produits. Il y a l'épicier de la ferme, c'est donc le magasin qui va fabriquer et valoriser le lait et la viande.Aujourd'hui, la structure a pris la décision de valoriser également leur effluents par l'unité de méthanisation.

Justement, cette unité de méthanisation c'est un projet de grande envergure, comment vous les accompagnez sur ce projet-là ?

On a la chance aujourd'hui au sein du Crédit Mutuel d'être structurés et d'avoir des métiers d'expertise sur les nouvelles énergies (unités de méthanisation, panneaux photovoltaïques) ce qui nous permet d'accompagner les exploitants de la réfléxion jusqu'à la concrétisation de leur projet.