Agriculteurs

L'Ukraine pourrait produire 46% de céréales de moins qu'en 2021

Partager :

Les travaux de semis se poursuivent en Ukraine malgré les combats : plus de 20% des surfaces en cultures de printemps seraient implantées à ce jour. Et entre pénuries d'intrants, manque de main-d'œuvre et accès limité aux financements, le conflit risque de réduire la production, surtout en maïs.

En Ukraine, le ministère de la politique agraire et de l'alimentation estime désormais à 14,4 Mha les surfaces qui seront semées en cultures de printemps cette année. C'est une chute de 2,5 Mha par rapport à 2021.

Et les semis avancent tant bien que mal. Le 22 avril, 3,02 Mha étaient emblavés - une hausse de 56% par rapport à la semaine précédente - parmi lesquels 802 200 ha d'orge, 896 000 ha de tournesol, 164 400 ha de blé et 323 200 ha de maïs.

Du côté des cultures d'hiver, le ministère estime à 7,6 Mha les surfaces implantées en 2021 pour la récolte 2022, dont 6,5 Mha de blé et 1 Mha d'orge, et indique que les premiers apports azotés ont eu lieu.

Quant aux mois qui viennent, la guerre rend très imprévisible la suite de la campagne d'ici à la moisson. Pour le cabinet d'analyse UkrAgroConsult, plusieurs facteurs sont à prendre en compte pour évaluer les surfaces et les rendements de la récolte 2022.

Son dirigeant Sergei Feofilov cite les pénuries d'intrants et surtout de carburant, les ruptures logistiques, la destruction d'équipements agricoles, l'absence de main-d'œuvre qualifiée et l'accès limité au financement car les agriculteurs n'ont pas pu vendre leurs stocks en février/mars.

Trois scénarios pour la production 2022

À partir des estimations de superficies fournies par le gouvernement début avril et des zones où ont lieu des combats militaires, en tenant compte de rendements à la baisse à cause du manque d'intrants, UkrAgroConsult a établi trois scénarios pour la production agricole ukrainienne de 2022 : un scénario pessimiste, un scénario optimiste et un scénario moyen, ce dernier étant « le plus probable », selon Sergei Feofilov.

La production ukrainienne de blé en 2022 atteindrait 19,8 Mt selon le scénario moyen, contre 32,1 Mt en 2021. « Deux facteurs-clés influenceront la production ; l'offre en intrants et la météo ». Le cabinet s'attend à de « très bas niveaux » en orge : 6,1 Mt.

Le maïs apparaît comme « la culture la plus sensible et la plus incertaine », notamment à cause des actions militaires au centre du pays. Autre facteur : « dans les mois qui viennent, les agriculteurs vont recevoir des subventions plus faibles pour le maïs que pour d'autres céréales, ce qui va influencer leurs intentions de semis ». La production pour la campagne 2022/23 pourrait être divisée par deux par rapport à 2021/22.

La production de tournesol 2022 est de son côté attendue à des « niveaux minimaux » par rapport à ces dix dernières années : seulement 10,3 Mt, contre 16,5 Mt en 2021.