Happy Drêche est une association lilloise qui transforme en produits gourmands ce qui est un déchet des micro-brasseries urbaines : la drêche. Elle collecte ce résidu à forte valeur nutritionnelle pour l'incorporer à des recettes gourmandes, saines et locales ! Spéculoos, granolas, crackers, cookies... les possibilités sont multiples.

Cette démarche a l'avantage de lutter contre le gaspillage alimentaire et apporte une solution aux micro-brasseurs urbains qui génèrent chaque semaine à Lille plus d'une tonne de drêche. Cette dizaine de bénévoles engagés a réussi à transformer ce déchet en une ressource valorisée localement dont ils ont confié la transformation à des personnes handicapées. Car c'est un ESAT lillois qui fabrique leurs cookies à base de drêche, aujourd'hui distribués lors d'événements et dans des bars et restaurants locaux.

Pour développer son action, l'association souhaitait renforcer ce partenariat avec l'ESAT, investir dans de nouveaux équipements et fabriquer des crackers. Happy Drêche a donc sollicité la Fondation CMNE dans le cadre de l'appel à projets et obtenu une aide de 4 000 € qui lui permettra de faire travailler une équipe de 4 personnes 5 demi-journées par semaine, d'augmenter significativement les quantités de drêche valorisée et de sensibiliser le grand public à une alimentation locale et durable. Cette initiative et ce savoir-faire, l'association compte bien les partager avec d'autres territoires pour que cette démarche constructive se développe. Les bonnes recettes se partagent toujours...

La drêche, c'est quoi ?

La drêche est un véritable concentré de fibres, de protéines, d'acides aminés et de vitamines. Elle provient des céréales (généralement de l'orge maltée) qui ont été brassées dans une cuve d'eau chaude pour transformer l'amidon en sucre. À partir du liquide sucré (le moût), le brasseur fera de la bière. Les céréales débarrassées de leur sucre iront dans les préparations concoctées par Happy Drêche pour le plaisir des consommateurs. Mieux qu'une coûteuse et absurde destination poubelle, non ?