Informations

Agriculteurs : de la production à la transformation

Les Français consacrent moins de temps à la préparation des repas tout en voulant retrouver une nourriture saine et locale. Cette tendance pousse des agriculteurs à se lancer dans la production d'ingrédients prêts à consommer.

D'agriculteurs à transformateurs

Dans la famille Cormorèche, basée à Miribel dans l'Ain, la diversification est une tradition. En 2002, ils décident de se recentrer sur la culture de la betterave rouge. La même année, ils se lancent dans la transformation de ce légume en rachetant l'atelier de transformation dont ils étaient jusqu'alors le principal fournisseur.

Une augmentation de la production

Devenir transformateur a nécessité une augmentation de la surface agricole utile (SAU) de l'exploitation : la SCEA (société civile d'exploitation agricole) Cormorèche cultive 60 hectares de betteraves (sur une SAU totale de 350 hectares) qui approvisionnent l'atelier de transformation, devenu la SARL Cormorèche. 5 500 tonnes de betteraves par an y sont traitées, dont 2 400 tonnes produites par la SCEA.

Deux types de produits transformés

Après un premier tri manuel, les betteraves sont calibrées pour être commercialisées entières ou en cube, un format apprécié par la restauration hors foyer (RHF). La préparation se termine par une étape de stérilisation qui permet une conservation de 6 mois. Les betteraves sont ensuite conditionnées pour être expédiées et commercialisées sous marque de distributeur et leur propre marque.

La croissance grâce au local

L'entreprise a régulièrement investi dans l'outil de production pour le moderniser et répondre aux évolutions de la demande. Résultat :

« notre savoir-faire est reconnu », confie Geoffroy Cormorèche, le gérant, au magazine Agri-Mutuel1.

La société bénéficie d'un emplacement stratégique : elle est le seul opérateur dans la moitié sud-est de l'Hexagone. De quoi répondre à l'augmentation de la demande en produits locaux et garantir la croissance :

« en 2002, nous réalisions un chiffre d'affaires de 800 000 €. En 2019, il dépasse 3 millions d'euros. »

Se rapprocher des consommateurs

Devenir transformateur, c'est se rapprocher des consommateurs. La famille Cormorèche a donc décidé de s'engager en adhérant à l'association Demain la Terre en 2015. Elle fédère les entreprises productrices de fruits et légumes transformés souhaitant adopter une démarche d'agriculture durable.

1 Agri-Mutuel, n°56, mars 2020