Magazine Contact

Mobilité : de nouvelles façons de bouger

Parce que nous n'avons jamais été aussi mobiles, il est urgent de réviser nos habitudes de déplacement. Avec de nouveaux modes de transport plus écologiques, plus économes et quelques aides, le changement est en route... Explications.

Envisager la mobilité comme un nouveau mode de consommation

Améliorer les transports du quotidien des Français en les rendant plus propres et plus performants, tel est l'objectif de la Loi du 24 décembre 2019 d'orientation des mobilités.

Au-delà des investissements qui seront réalisés par l'État dans les transports en commun, au-delà de la création de zones de circulation restreinte qui bannissent les véhicules polluants... on peut tous s'interroger sur notre façon de bouger au quotidien. Les chiffres peuvent aider à réfléchir et à trouver sa voie.

Très chère voiture

D'après une étude récente1, un tiers des ménages français dit avoir absolument besoin de sa voiture tous les jours pour se déplacer, mais ils sont 7 sur 10 à l'utiliser.

Résultat des courses, nous n'avons jamais eu autant de voitures : 86% des ménages en ont une, dont 39% plusieurs. Les conséquences sont mesurables dans les bouchons qui s'allongent et la qualité de l'air qui se dégrade.

Les conséquences pèsent aussi sur les budgets des ménages qui paient cher l'utilisation de leur voiture. Le budget annuel moyen d'une voiture s'élève en effet à 6000 €2, entre coût d'achat, carburant, assurance, entretien et péages.

L'idée n'est pas de pointer du doigt ceux qui utilisent leur voiture, mais bien de trouver des solutions alternatives qui soient plus écologiques, plus performantes et plus économiques.

Chacun peut, selon sa propre situation, envisager d'autres modes de déplacement, car les innovations changent la donne.

Rouler plus vert

Remplacer sa vieille voiture c'est déjà rouler plus propre, car les normes sont aujourd'hui plus exigeantes en matière d'émission de CO2 et de particules fines.

Pour aller plus loin, on peut aussi passer à l'hybride ou à l'électrique.

Des aides de l'État peuvent vous aider à ces investissements :

  • La prime à la conversion aide tous les Français à acheter un véhicule neuf ou d'occasion en échange de la mise au rebut d'un vieux véhicule. Son montant - jusqu'à 5 000 € - dépend de la catégorie du véhicule acheté, de votre situation fiscale et du kilométrage effectué pour vous rendre au travail. Le site jechangemavoiture.gouv.fr propose un simulateur de primes.
  • Le bonus écologique - jusqu'à 6 000 € - est une aide pour l'achat d'un véhicule électrique neuf. Il est cumulable avec la prime à la conversion. Les véhicules d'occasion ne peuvent pas profiter de ce bonus mais les véhicules financés en location longue durée de plus de 2 ans, oui.

Pour vous aider à passer à l'acte, profitez des tarifs négociés des véhicules commercialisés par Crédit Mutuel Auto3 et de nos solutions de financement4, en crédit classique ou en location longue durée.

Passer au vélo... branché

Au-delà de l'engouement pour les nouveaux véhicules électriques - gyropodes, trottinettes, scooters - qui cohabitent parfois difficilement avec les piétons et les voitures, on peut aussi reprendre goût au vélo. L'équipement en pistes cyclables est un facteur de motivation et le marquage obligatoire pour lutter contre les vols pourraient booster ce mode de déplacement sportif, écologique et économique.

D'autant que le vélo à assistance électrique (VAE) autorise de plus longues distances, en arrivant frais au bureau.

Penser au covoiturage

La loi sur les mobilités se fixe aussi pour objectif des solutions alternatives au « tout-voiture » partout dans l'Hexagone. Elle lance des appels à projets auprès des collectivités locales et des employeurs pour encourager le covoiturage, le transport à la demande ou les navettes autonomes.

Deux nouveautés à suivre pour la mobilité de demain

De nouveaux avantages seront prochainement mis en avant afin d'inciter à se déplacer autrement :

  • Un forfait mobilité durable, jusqu'à 400 € par an, devrait être proposé par les employeurs pour encourager à aller au travail en covoiturage ou à vélo.
  • Un titre-mobilité, sur le modèle ticket restaurant, devrait aussi voir le jour5 pour régler les frais liés au transport : carburant, recharge électrique, plateforme de covoiturage, entretien ou achat de vélo...