Particuliers

Quelle assurance pour un propriétaire qui loue ?

Partager :

Vous louez votre logement ? Sachez que l’assurance habitation de votre locataire ne suffit pas ! Il est indispensable de souscrire vos propres contrats d’assurance pour préserver votre bien, couvrir votre responsabilité de bailleur ou encore vous protéger contre les loyers impayés. On vous explique tout !

L’assurance Propriétaire Non-Occupant (PNO) : un gage de tranquillité

Le saviez-vous ? Depuis la loi ALUR de 2014, vous avez l’obligation de souscrire une assurance responsabilité civile si vous possédez un bien immobilier en copropriété, même s’il est destiné à la location. Cette garantie intervient en cas de sinistre engageant votre responsabilité. Vous serez notamment couvert si un incendie se déclare dans votre appartement à cause d’une installation électrique vétuste et qu’il se propage chez le voisin.

Attention : la seule responsabilité civile ne suffit pas à couvrir tous les risques. C’est pour cela qu’il existe une protection sur-mesure pour les propriétaires bailleurs : lassurance Propriétaire Non-Occupant (PNO).

En plus des garanties classiques d'une assurance habitation, le contrat PNO peut couvrir la perte de loyers pendant les travaux de remise en état à la suite d'un sinistre ou certains frais en cas de procédure d'expulsion. Si votre bien est loué meublé, le mobilier et l'électroménager sont également couverts, uniquement avec la garantie « Loyers impayés ».

Si vous louez un logement individuel, la souscription d’une assurance responsabilité civile n’est pas obligatoire, mais elle est fortement conseillée. Parce que votre tranquillité n’a pas de prix !

Et si mon logement n’est pas occupé ?

Qui dit absence de locataire ne dit pas forcément absence de sinistre ! Les conséquences peuvent même être plus importantes puisqu’il n’y aura personne pour vous avertir en cas de fuite d’eau. Rassurez-vous : tout est prévu par l’assurance propriétaire non occupant (PNO), qui garantit les sinistres survenant entre deux locations.

infoBON À SAVOIR

Les cotisations d’assurance PNO sont déductibles des revenus fonciers que vous déclarez en tant que propriétaire bailleur.

L’assurance habitation, obligatoire pour le locataire

Impossible d’y échapper : votre locataire est obligé d’assurer son logement s’il s’agit de sa résidence principale, mais c’est à vous, propriétaire de vous en assurer. Les garanties de notre assurance habitation le protègent en cas de sinistre : incendie, dégâts des eaux, vol, bris de glace, explosion ou encore catastrophe naturelle, mais vigilance : d'autres contrats peuvent ne couvrir que les risques locatifs. L'assurance multirisques habitation (MRH) couvre aussi la responsabilité du locataire pour les dommages éventuels qu'il pourrait causer aux voisins et aux tiers.

Evitez les mauvaises surprises en demandant une attestation d'assurance à votre locataire à la remise des clefs, puis chaque année. Vous pouvez aussi ajouter dans le contrat de location une clause de résiliation du bail pour défaut d’assurance.

Pas le temps de gérer toutes ces démarches ? Optez pour une solution de gestion locative !

Qui paie l’assurance habitation ?

Bonne réponse : le locataire ! Il n’a pas l’air franchement décidé ? La loi ALUR vous permet de prendre une assurance Habitation à sa place. Il suffit de lui adresser un courrier recommandé exigeant une attestation d’assurance. Si vous ne recevez rien dans un délai d’un mois, vous pouvez répercuter le montant de l’assurance dans les charges du loyer, avec une majoration de 10% pour vous dédommager des démarches effectuées.

le propriétaire peut se substituer au locataire pour souscrire une assurance en risques locatifs. Attention, nous ne proposons pas ce type de contrats pour le compte du locataire.

Pour faire un devis assurance Habitation, rendez-vous directement sur votre espace client ou prenez contact avec un conseiller.

Quelles garanties contre les loyers impayés ?

Les mauvais payeurs ne sont (généralement) plus une fatalité. Les assurances propriétaire non-occupant proposent une option « Loyers impayés », qui prend en charge les pertes de revenus locatifs, en cas de défaut de paiement du locataire ou de départ prématuré.

Voir toutes nos garanties

Comment réagir en cas de squat ?

C'est le cauchemar de tout propriétaire. Un seul mot d'ordre : agir vite ! Si l'occupant est entré depuis moins de 48h dans votre logement, la police peut procéder à son expulsion sans avoir besoin d'obtenir une décision judiciaire. En revanche, si le squat dure depuis plus de 48h, vous devez engager une procédure pour obtenir une décision d'expulsion ainsi que le paiement d'une indemnité d'occupation mensuelle. Rappelons qu'il est impossible d'expulser un squatteur pendant la trêve hivernale (du 1er novembre au 31 mars).

Lire l'article sur le squat