Initiative

APBO, cahier des charges strict pour des prix garantis à l'année

L'Association des Producteurs Bel de l'Ouest (APBO) a créé la surprise dans le monde de la production laitière en réussissant à changer la donne pour ses adhérents. En échange du respect de certaines règles, le prix du lait est négocié à l'année. De quoi offrir sécurité financière et visibilité aux éleveurs.

Une négociation avec les fromageries Bel

C'est en 2011 que l'APBO est créée, avec un rôle précis : négocier les conditions générales de vente et le prix du lait pour ses adhérents auprès des fromageries Bel. Mais quelques années plus tard, en 2017, elle décide d'aller plus loin : elle profite de la volonté de Bel d'écouter les consommateurs qui demandent « des axes de différentiation », explique Anne-Laure Dutertre, éleveuse et vice-présidente de l'APBO. L'occasion de « retrouver la fierté de notre métier ».

Un prix du lait fixé à l'année...

L'APBO et les fromageries Bel trouvent un accord : un prix fixe à l'année avec, en plus, des compensations si le lait est sans OGM ou encore si les vaches se nourrissent au moins 150 jours par an en pâturage. Pour les éleveurs, c'est simple : leur attention pour la qualité du produit et pour la tradition est reconnue... et ils peuvent avoir une visibilité financière grâce à un prix qui n'évolue pas au gré de la Bourse. Une visibilité « unique », se félicite Anne-Laure Dutertre.

... contre un cahier des charges strict

Si les éleveurs bénéficient d'un prix fixe, les fromageries Bel sont certaines de la qualité du lait qu'elles achètent. Les éleveurs membres de l'APBO ont en effet accepté de respecter les exigences de la réglementation française, bien évidemment, mais également du référentiel allemand VLOG. L'APBO a donc procédé à un véritable travail de pédagogie auprès des éleveurs, en particulier au niveau de la traçabilité et de l'alimentation.

Quatre macarons pour mettre en valeur la qualité du lait

Le respect de ce cahier des charges est vérifié par un bureau indépendant dépêché par l'APBO... et l'éleveur est mis en avant grâce à quatre macarons qui sont présents depuis début 2019 sur les produits des fromageries Bel : « lait collecté localement », « juste rémunération des éleveurs », « lait issu de vaches nourries sans OGM » et « vaches en pâturages ». Le consommateur peut donc faire son choix en connaissance de cause.

Un succès à reproduire pour la production laitière

« Tout le monde tient ses engagements » précise la vice-présidente de l'APBO qui se félicite également de l'augmentation du nombre d'éleveurs pratiquant le pâturage (ce dernier, contrairement au non-OGM, est facultatif). L'APBO espère que l'initiative séduira d'autres entreprises, en particulier la grande distribution. Sans compter qu'elle pourrait être reproduite ailleurs en France.