Environnement

Viticulture : des économies d'eau au chai

Ressource précieuse pour l'Homme comme pour l'industrie, l'eau est au centre de nombreux projets visant à la préserver et à en réduire la consommation. Plusieurs initiatives ont été lancées dans le secteur viticole afin d'économiser énergie et eau.

Réduire de moitié la consommation d'eau

Les chais viticoles, très concernés par la consommation d'eau, sont de plus en plus sensibles à cette problématique d'économies de ressources. La cave des vignerons de la Sainte-Victoire, près d'Aix-en-Provence, a ainsi réduit de moitié sa consommation d'eau : « en 2008, nous avions besoin de 67 litres d'eau pour produire un hectolitre de vin. En 2018, nous sommes à 33 litres d'eau pour un hectolitre de vin en vrac », se félicite Jean-Claude Lopez, directeur de la coopérative.

De nombreux investissements et un personnel sensibilisé

Pour atteindre cet objectif, des investissements en matériel ont été nécessaires : revêtement des cuves, sols, systèmes de contrôle et d'arrêt automatique... l'installation a été revue. Mais ce n'est pas le seul levier pour faire des économies : la formation et la sensibilisation du personnel ont fortement joué. Le tout sans renoncer à la qualité et l'hygiène qui font la renommée de la coopérative.

Récupérer l'énergie

Dans la vallée du Rhône aussi, les producteurs se sont emparés de cette problématique d'eau et énergie. Michèle Vacher, responsable du service qualité et développement durable de Rhonéa, explique que la réduction de la consommation en eau est une de ses priorités. L'installation permet de récupérer la chaleur émise par l'eau à 60 degrés, permettant ainsi le refroidissement de l'eau avant rejet comme le prévoit la réglementation. De quoi permettre une consommation finale de 0,8 litre d'eau par litre de vin mis en bouteille.

Des installations repensées pour moins consommer

Autre solution RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises), cette fois dans la cave coopérative Héraclès dans le Gard : un système de refroidissement passif. Les raisins rouges sortant de la thermovinification sont refroidis dans une tour grâce à l'air extérieur et passent naturellement de 65 à 25 degrés sans nécessiter d'électricité... autant d'énergie économisée et de frais de fonctionnement en moins !

Cet article est extrait du magazine Agri Mutuel n°53, publié en mars 2019.